Addiction quand tu nous tiens et si on s’en libérait?

Et si on se libérait des addictions? Au moment où j’écris cet article, le Larousse en ligne décrit une addiction comme un  « comportement répétitif plus ou moins incoercible et nuisible à la santé (toxicomanie, alcoolisme, tabagisme, boulimie, anorexie). » Incoercible, c’est-à-dire que l’on ne peut pas le contenir, l’arrêter. L’exemple cité par le Larousse est « un rire incoercible ». Vous savez, ce genre de fou rire qui démarre, qui vous ferait pleurer de rire, qui nous plie en deux tellement il est irrésistible? C’est ça incoercible… J’avoue que ça casse un peu l’espoir de s’en libérer.

Addiction, ma meilleure ennemie.

Une fois passé la définition, regardons ce que l’on peut trouver comme addictions. Nous retrouvons des dépendances comme   :

  • la toxicomanie : drogue douce (cannabis par exemple) ou dure comme l’héroïne
  • le tabagisme : cigarette classique, électronique (vapotage), la pipe, le cigare
  • l’alcoolisme.
  • On pourrait également trouver ici les accrocs aux boissons sucrées comme le coca, les jus de fruits ou les sirops.
  • les troubles alimentaires : boulimie, anorexie, peur des aliments, accros aux sucres
  • la télé, le téléphone portable, internet, les appli (Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat, etc.)
  • la bigorexie : la dépendance au sport à haute dose
  • les jeux
  • le sexe

A priori, ce qui fait que cela devient nocif, c’est la répétition du comportement addictif et le fait que cette répétition ait un impact négatif pour la santé . Le cumul.

Je dirais aussi que ce qui fait une addiction, c’est le fait que cela soit gênant ou encombrant pour vous. Ce qui peut être un bon indice pour vous dire que votre volonté est présente pour que ça change.

Est-ce que l’on peut échapper aux addictions?

Manger, boire, jouer, aimer, se détendre par des activités comme le sport ou les jeux, cela fait partie de la vie . C’est vital. Trop d’abus et on tombe dans l’addiction. Mais du coup, c’est quoi la limite?

La limite, c’est quand cela devient nocif pour vous, car cela peut impacter votre bien-être physique et psychologique. Et bien évidement, cela peut être nocif pour les autres aussi. Pour certains spécialistes, l’addiction est liée à ce qu’on appelle « le circuit de récompense ». Cela créée une sensation, une émotion agréable, un plaisir avec cette addiction. Et puis après la culpabilité, à moins qu’on est carrément oublié certains passages de notre journée (perte de mémoire).

Notre cerveau utilise une sorte de programmation dont on a en général très peu conscience, voir pas du tout. Quand je fais ça, je vais mieux, au moins l’espace d’un moment. Cela me permet de m’évader.

On constate parfois que l’on peut s’en sortir car d’autres y sont arrivés alors pourquoi pas nous?

Comment se libérer de ses addictions avec l'hypnose?

Oui, mais je n’arrive pas à me libérer d’une addiction.

C’est justement le fait que l’on ne puisse pas s’en libérer seul qui en fait une addiction. Comme si c’était plus fort que nous. Et c’est parfois même une petite voix à l’intérieur de nous qui nous dit : « Vas-y, ça va te faire du bien ».

Même si on a la volonté d’arrêter, on est en quelque sorte tenu par nos addictions. On veut et on ne sait pas forcément comment y arriver ni vers qui se tourner. On est parfois honteux par rapport à ça. Parce qu’on sait que c’est « anormal » pour la société. Et on culpabilise . On n’en parle pas. Le jour où les ex-addicts pourront dire fièrement : « J’ai arrêté! », j’espère qu’ils se sentiront libres d’en parler. Ou de garder le silence, par choix et non par convention sociale. Un des points importants par rapport à cela, c’est votre volonté.

On peut vouloir et ne pas y arriver.

Cela arrive que la volonté ne suffise pas, car les addictions arrivent bien en amont de la volonté. On peut ne pas y arriver parce qu’on a peur d’échouer, parce qu’on connait quelqu’un qui ne s’en est pas sorti, parce qu’on a déjà essayé et que l’on a rechuté. Ou pour d’autres raisons. Parfois également la volonté des autres est plus présente que la notre d’ailleurs et peut même en devenir « écrasante ». Votre conjoint, votre famille, vos amis ou vos collègues vous ont peut-être déjà dit les phrases suivantes :

  • Tu devrais voir quelqu’un
  • Ça serait bien que tu consultes
  • Fais toi aider
  • Mais bouge toi!
  • Je te quitte si tu n’arrêtes pas de ….
  • Tu vas te faire soigner, sinon tu quittes la maison

C’est humain de vouloir prendre soin des gens qu’on aime. On essaye parfois plein de techniques car on est parfois démuni quand on souhaite aider un proche. On demande conseil, on lit, on les emmène chez des spécialistes, on est parfois maladroit dans nos propos. Vouloir aider quelqu’un contre son choix , cela me paraît un peu complexe. Ces phrases peuvent éventuellement aider à « prendre conscience » qu’il y a une addiction. Mais ce n’est pas pour autant que les addictions vont partir d’elles-mêmes.

Et si on faisait le choix de se libérer d’addictions?

Accepter de se faire aider, c’est parfois accepter que c’est un comportement qui nous dépasse. Or ces comportements sont souvent liés à des notions de « contrôle » pour notre mental. On croit contrôler nos gestes, nos comportements, mais finalement c’est plus fort que nous.

Ce point est important car en accompagnement en hypnose, on vient vous aider à « débloquer » ou « ajuster » ce qui déclenche les addictions. On vient vous donner les clés pour que le changement se fasse à votre rythme, d’une certaine façon, en partant sur les origines de vos addictions.

Les addictions peuvent être reliées à votre histoire familiale, à des violences vécues dans votre enfance, à des besoins de « compenser » ou à différents aspects qui vous sont propres. Quand je travaille avec vous sur les addictions, prendre en compte votre propre histoire et déclencheurs d’addictions sont souvent des clés pour que cela soit durable pour vous.

Et comme nous sommes tous différents, le nombre de séances est variable car il doit s’adapter à vous.

Prenez soin de vous et belle journée.

Prendre RDV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.