Pourquoi on n’arrive pas à lâcher prise ?

C’est fou ce que l’on peut lire sur le lâcher prise avec des conseils du type : lâchez prise, arrêter de vous prendre la tête! Oui, ok, mais pourquoi on n’arrive pas à lâcher prise? Regardons de plus près comment le mécanisme de lâcher prise fonctionne.

C’est complexe de lâcher prise

Lâcher prise, c’est un « moyen de libération psychologique consistant à se détacher du désir de maîtrise. » (Merci le Larousse en ligne pour cette explication). Lâcher prise est donc relié à une notion de contrôle. Alors pourquoi arriver à lâcher prise est complexe?

Les exemples concernant un besoin de lâcher prise peuvent être nombreux :

  • Vous êtes en désaccord régulièrement avec votre chef et vous ruminez ces réactions à votre égard, en vous disant que c’est un c*** et qu’il ne comprend rien.
  • A chaque fois que vous tombez amoureux/se, vous avez besoin de contrôler dans le moindre détails la planification de chaque RDV et vous vous projetez très loin dans le futur
  • Votre inquiétude à l’égard de vos enfants est telle que vous souhaitez qu’il décide au plus tôt de leur futur travail de peur qu’ils ne manquent de quelque chose.
  • Et peut-on vraiment dire que les maniaques du ménage arrivent à lâcher prise quand à la moindre miette ils sont en stress?

Si vous êtes ce genre de personnes, peut être dites vous souvent : « mais c’est important pour moi! » ou bien encore « ça se voit que tu n’es pas à ma place ». C’est le cas?

Les effets néfastes liés au lâcher prise

Notez bien que dans les exemples en amont, le manque de lâcher prise a souvent un impact négatif pour les personnes qui tiennent à ce « contrôle ».

  • Prise de tête
  • pensées polluantes
  • charges mentales
  • tensions en tout genre
  • stress
  • anxiété
  • angoisse

Choisissez ce qui vous parle le plus. Malheureusement, cette liste est souvent non exhaustive.

Et si on plus on leur demande de lâcher prise, vient s’ajouter un autre sentiment : la culpabilité. Est-ce qu’on a besoin de ce sentiment là quand on a déjà des difficultés à lâcher prise? Non, en aucun cas merci.

En accompagnement, j’ai un principe plutôt simple, je n’accompagne que les personnes qui ont en envie d’être accompagnées. Si ce n’est pas un problème pour elles, ce n’en est pas un pour moi. En tant qu’adulte, nous avons en charge notre bien être et personne ne peut le commander à notre place.

Qu’est-ce qu’il y a derrière le lâcher prise?

C’est vrai, que se cache-t-il derrière le lâcher prise? Etonnamment, la plupart des personnes qui ont dû mal à lâcher prise ont un aspect commun. Et celui-ci est lié au fonctionnement de nos émotions.

L’émotion clé liée au lâcher prise

L’émotion clé qui nous empêche souvent de lâcher prise est notre colère! Vous êtes surpris? C’est normal. Et si vous me dites que vous ne vous mettez jamais en colère, je vous dirai que c’est peut être que vous n’arrivez pas à la ressentir au moment où elle arrive.

Information importante : se sentir en colère ne signifie en aucun cas l’exprimer à travers de la violence verbale ou physique. On a plus souvent appris à exprimer nos émotions vers l’extérieur plutôt qu’à les reconnaître via notre ressenti. Pour mieux comprendre son rôle clé dans notre lâcher prise, rapide explication sur son rôle.

Notre colère a pour but de nous indiquer ce qui vient en incohérence avec nos valeurs et nos besoins. Donc de nous « recadrer », de nous contrôler d’une certaine façon (elle a bon fond notre colère). Elle est là pour vérifier que nos interactions et nos actions de tous les jours nous conviennent intérieurement. Dans nos interactions avec le monde autour de nous, c’est potentiellement une de nos émotions qui est la plus présente. Et qui a pourtant très mauvaise presse car on confond la façon dont elle s’exprime et son rôle pour nous.

Ce qui se joue en nous

Donc quand on dit aux gens de lâcher prise, c’est comme si on disait à leur colère : « tu ne sers à rien » ou « tu n’en vaux pas la peine ». Rien de mieux pour renforcer le ressenti désagréable qui se passe en nous à ce moment là.

On peut négocier avec notre propre colère pour qu’elle s’exprime différemment pour nous. Mais c’est à mon avis un combat perdu d’avance de lutter contre elle. Car c’est un peu comme si on luttait avec soi même alors qu’on essaye de s’aider. Etrange, non?

Ayons en tête que notre fonctionnement humain fait que notre inconscient utilise nos émotions pour communiquer avec nous, avec notre partie consciente! Donc être en colère quand on se fait insulter, c’est normal si on a peu d’estime de soi. Et à l’inverse, n’en avoir rien à faire de se faire insulter (jusqu’à une certaine mesure tout de même) car on sait que les insultes appartiennent à celui qui les dit est souvent le signe que votre colère fait bien son job de garde du corps en mettant de la distance vis à vis des autres.

Prendre du recul sur ce contrôle

Si on part du postulat que notre difficulté à lâcher prise est liée à de la colère (oui car il peut y avoir d’autres émotions liées), on peut se poser cette question simple :

« Qu’est-ce qui est important pour moi quand je fais ça? »

Essayez d’être le plus transparent possible avec vous pour savoir ce qu’il y a vraiment derrière cela pour vous. Et il se peut qu’en mettant le doigt sur qui est important pour vous, vous lâchiez prise sur ce qui est moins important pour vous.

Pourquoi? Parce que certaines prises de conscience suffisent parfois à lâcher prise sur des sujets.

Nombreuses sont les personnes qui étaient maniaques du ménage qui se sont dit un jour : « mais en fait, je fais ça uniquement parce que j’a vu mon père/ma mère le faire tous les jours » et par la suite réduire drastiquement leur charge mentale en même temps que leur maniaquerie. Quant aux personnes qui se font harceler au travail, prendre conscience que cet environnement est néfaste pour elle car il ne correspond pas à leurs valeurs est souvent un déclencheur « naturel » à leur départ.

Tout simplement parce qu’en faisant le tri entre ce qui a de la valeur pour nous et le reste, ça permet de prendre en compte et d’être en cohérence avec notre colère. C’est ça qui permet d’arriver à lâcher prise réellement.

Si vous avez des difficultés à lâcher prise et que vous avez pourtant essayé tous les conseils possible sans résultat, cela arrive aussi. Et cela n’a rien à voir avec un manque de volonté. Parfois, il est nécessaire de se faire accompagner pour repartir sur des bases plus confortables pour nous. J’ai arrêté de compter le nombre de personnes que j’accompagne qui de façon naturelle et sans effort ont lâché prise sur des sujets jadis « prises de tête » pour elles. Elles gagnent souvent en sérénité et meilleure compréhension de leurs besoins.

Prendre RDV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.